Voyager en stop, et en sécurité

Voyager en autostop est quelque chose qui fait aussi peur que rêver. Les avis sont totalement divergents, surtout lorsqu’il est question d’une voyageuse. Combien de fois ai-je entendu des questions du genre : « Tu n’as pas peur de tomber sur un fou ? » , « Tu t’as pas peur de te faire violer ?« , ou encore « Tu es folle, une fille toute seule ne devrais pas faire du stop. » Pourtant, j’ai voyagé pendant plus de 3 mois en Europe, principalement grâce à l’autostop, et j’en suis ressortie vivante ! J’ai tout de même eu droit à deux propositions un peu bizarres, que j’ai cordialement refusées, en laissant peu de temps après la voiture, pour en chercher une autre avec un conducteur plus sympathique. Donc est-ce que le stop est sans risque ? La réponse est non. Mais vous risquez autant en autostop qu’en retour de boîte à 4h du matin. On n’arrête pas de sortir le soir pour autant.

Je trouve donc dommage que la pratique du stop ait si mauvaise cote. D’autant plus que c’est un moyen très pratique de se déplacer pour les petits budgets, et cela permet de rencontrer des dizaines de personnes, souvent des locaux, à qui vous n’auriez jamais parlé autrement.

Mais, encore une fois, en stop, on n’est jamais à l’abris de tomber sur une personne mal intentionnée. Il est donc très important de respecter quelques règles, afin d’assurer sa sécurité, mais aussi pour passer un bon moment avec la personne qui s’est gentiment arrêtée pour vous amener à bon port.

1 – Écoutez votre insctinct

Lorsqu’une voiture s’arrête, vous avez quelques secondes pour juger la personne, sur son physique, mais aussi sur sa manière de vous parler. Si la personne paraît hésiter sur sa destination, ou si elle a l’air trop insistante pour vous prendre, réfléchissez avant de monter. Si vous avez un doute, si vous ne sentez pas la personne, indiquez une autre ville trop loin pour que la personne s’y rende, et refusez gentiment.

Conseil : évitez les panneaux, qui ne sont utiles que si vous sortez d’une grande ville. Sur les petite route, tendez simplement le pouce. Lorsqu’une voiture s’arrête, faites le premier pas en demandant où se rend la personne. Ça vous laissera un peu de temps pour analyser la personne et décider si vous montez ou pas

2 – Gardez vos affaires près de vous

Si possible sur vos genoux ou sur la banquète arrière. Premièrement, ça permet de limiter le temps d’arrêt de la voiture, et deuxièmement, si vous avez besoin de partir rapidement à un arrêt, vous aurez toutes vos affaires à portée de main.

3 – Évitez les shorts et les décolletés

Même en été quand il fait chaud. Ça limitera les regards un peu lourds, et évitera d’attirer les ennuis. Moins on paraît féminine, moins on risquera l’apparition d’idées dans la tête du chauffeur.

4 – Ayez votre portable en main

Le portable est toujours un accessoire un peu dissuasif. Peu après être montée en voiture, excusez-vous de couper la conversation une minute pour écrire à votre copain (réel ou fictif), pour lui dire que vous être en route et que vous arrivez bientôt (même si personne ne vous attend à l’arrivée).

Conseil : dire que quelqu’un vous attend à l’arrivée est une bonne manière de prendre des précautions des le départ. La personne saura que quelqu’un s’inquiètera pour vous en cas de retard, et ne tentera rien.

5 – Menez la conversation

Si vous voyez que le chauffeur commence à poser des questions indiscrètes, changez de sujet, et faites la conversation autant que possible. Posez des questions sur le pays, sur les traditions culinaires, sur les villes et autres endroits à visiter, ou sur la ville où vous vous rendez, même si vous avez toutes les réponses. Ça vous éloignera de la conversation gênante qui commençait.

6 – Tenez vos proches au courant

Lorsque vous montez avec un inconnu en stop, prévenez toujours au moins une personne. Dites-lui de quelle ville vous partez, où vous vous rendez, et si la personne est un homme ou une femme. Si vous pouvez aussi préciser la marque et la couleur de la voiture, c’est un gros plus.

Si vous sentez que les choses tournent mal pendant le trajet, prévenez une personne avant que ça dégénère. Dites au conducteur de vous laisser descendre dès que l’arrêt est possible. S’il refuse, vous pouvez allez jusqu’à menacer d’appeler la police. Il prendra peur et vous laissera partir dès que l’occasion se présente.

Même dans une situation stressante, rappelez-vous que la personne ne peut rien contre vous pendant qu’elle conduit. Vous ne risquez donc que des commentaires déplacés, et au pire des propositions pas très catholique. Mais ne laissez pas ces commentaires durer, et descendez dès que possible lorsque vous sentez que la conversation prend un mauvais tournant. Vous trouverez toujours une autre voiture pour vous prendre ensuite.

7 – lorsque tout est normal, profitez !

Ces situations stressantes ne représentent même pas 5% des cas. J’ai été prise en autostop par plus d’une soixantaine de voitures en 3 mois, et je n’ai du faire face qu’à deux cas de ce genre. Il est donc quand même important de savoir comment les éviter au maximum, et de savoir les gérer lorsqu’ils s’imposent à vous.

Mais dans presque tous les cas, c’est une personne super gentille qui s’arrête, qui sera très heureuse d’aider une personne voulant visiter son pays. J’ai rencontré des personnes d’une bonté et d’une générosité incroyable en faisant du stop. Ça fait du bien de se rappeler de temps en temps que ce qu’on entend dans les média ne représente pas toujours la réalité, et que cette réalité est en fait beaucoup plus belle et moins dangereuse de ce qu’elle paraît !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s